Accueil du site
Accueil / Le musée
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Le musée

Il n'est pas fréquent, de nos jours, de voir un édifice dont le volume intérieur est possédé de manière aussi vigoureuse par la couleur. Subordonnée au volume initial, mais volontaire dans le développement de son expression, elle prend pied sur la structure de la voûte et s'épanouit en symétrie sur le périmètre du vaisseau central.

Il faut entrer dans cette petite église de montagne, construite en 1860, loin du monde pour recevoir le choc de cette masse colorée, ordonnée solennellement, devenant discours enflammé, qui va d'exorde en narration pour finir dans la conversation des textes sacrés. Petite de construction, elle devient grande tout à coup grâce à une unité de ton qui absorbe, inclut toute l'échelle chromatique, et toute la diversité des propositions plastiques.

Voulu, pensé, réalisé par un seul artiste, abandonné puis repris, au fil de plus de trente années, cet ensemble unique se place parmi les réalisations les plus ardentes, mais aussi les plus abouties de l'art sacré contemporain.

Aprés plusieurs années passées en recherche de murs d'églises à peindre où il pourrait s'exprimer, dire sa foi par la peinture sa vocation, c'est en février 1952 qu'enfin Arcabas rencontre la modeste église de Saint-Hugues et son curé, Raymond Truffot. L'église est en réfection de toiture et de sol. Le maire, confiant dans son curé, acceptera une intervention artistique à l'intérieur de l'église gracieusement offerte par ce peintre inconnu. C'est le début d'une aventure, mais aussi d'une amitié entre un artiste et un prêtre, lequel portera au jeune homme de vingt cinq ans une confiance sans faille jusqu'à sa mort. Mais personne ne se doute que l'aventure, elle, durera trente quatre ans.

Historique bu bâtiment

UNE PREMIÈRE RÉALISATION PORTÉE PAR LES HABITANTS
Le projet de construction d'une église à Saint-Hugues-de-Chartreuse remonte à l'année 1835.
Deux frères du hameau, François et Jean-Benoît Brun en sont les instigateurs. A cette époque, les habitants de Saint-Hugues n'avaient d'autre choix que de se rendre à l'église de Saint-Pierre-de-Chartreuse pour assister aux offices. Or, une mésentente entre les deux frères et le curé de la paroisse va changer cet état de fait. Le curé avait en effet décidé de taxer les deux frères pour la jouissance d'un banc. Ceux-ci refusèrent ce qui impliqua la suppression de ce banc.
Le frère aîné décida donc, soutenu par son cadet, de faire bâtir une église sur sa propriété au mas de Flin. Le projet fut présenté aux habitants de Saint-Hugues qui furent enchantés par l'idée d'éviter le déplacement fastidieux jusqu'à l'église de Saint-Pierre. Une souscription fut alors lancée, à laquelle les habitants du hameau contribuèrent, les frères Brun restant toutefois les principaux donateurs.
Les travaux débutent en janvier 1840 avec l'acheminement des matériaux auquel les habitants de Saint Hugues participent ardemment. Ces derniers fourniront également le bois pour la charpente. La construction de l'église prendra fin à l'automne 1841, le bâtiment étant béni l'année suivante.

Il faudra attendre le 1er juin 1852, et un décret de Louis Napoléon Bonaparte pour que la paroisse de Saint Hugues soit érigée en « succursale » de la paroisse de Saint Pierre de Chartreuse, lui permettant ainsi de prendre son autonomie sur cette dernière. Cette subdivision devait désormais regrouper quinze hameaux qui étaient précédemment rattachés à la paroisse de Saint Pierre.


UNE RECONSTRUCTION SOUTENUE PAR LES CHARTREUX
Toutefois, le bâtiment nécessita très vite de grosses et coûteuses réparations, le conseil municipal considérant même, en 1874, que l'église menaçait la sécurité publique. L'église ne pouvant être réparée, sa reconstruction fut décidée. Les Chartreux proposèrent alors d'en financer la moitié, le reste étant réparti entre la commune et l'Etat. Le 21 mars 1881, le « démolissage » de l'ancienne église débute. Le 8 janvier 1882, la première messe est célébrée dans la nouvelle église mais les travaux ne prendront réellement fin qu'en 1883 avec la réalisation de la flèche du clocher et du nouveau beffroi.
Une nouvelle étape dans la vie de cette église débute en 1952 avec l'arrivée d'un jeune artiste, Jean-Marie Pirot dit Arcabas...

Architecture du bâtiment

UN BÂTIMENT DE STYLE NÉO-ROMAN
L'église de Saint-Hugues-de-Chartreuse est un bâtiment de style néo-roman, architecture très en vogue à la fin du XIXème siècle.

Ce style architectural s'inspire bien sûr de l'époque romane (XIème et XIIème siècles).

Les deux caractéristiques principales en sont les voûtes en berceau (en arc de cercle) ainsi que les fenêtres étroites en arc semi-circulaire. Toutefois, les églises néo-romanes sont souvent beaucoup moins travaillées que leurs homologues de l'époque romane.

UNE ORIENTATION ORIGINALE
Il est intéressant de noter que cette église n'est pas orientée vers l'est comme le veut la tradition, mais vers l'ouest. Les conditions climatiques extrêmes de la Chartreuse peuvent expliquer cette caractéristique. Néanmoins, aucun témoignage d'époque n'explique réellement cette particularité.

Partager cette page  

Visites virtuelles

Découvrez le musée grâce aux visites virtuelles à 360°

Le musée en vidéos

Change language :